• Corentin

Résumé du second tour des Régionales 2021

Mis à jour : juin 29

Ce dimanche 27 juin se déroulait le second tour des élections régionales et départementales qui ont été marquées par une abstention toujours aussi haute, avec un Rassemblement National n'ayant obtenu aucune région et des sortants ayant tous été pratiquement réélus.

L'affiche de Renaud Muselier au Roussillon le 11 juin 2021. (Obatala-photography/Shutterstock)

L’abstention :

Le « sursaut démocratique » demandé par le Premier ministre à l’assemblée nationale n’aura pas eu lieu.

Avec une abstention d’environ 65%, les français ne se sont pas mobilisés davantage pour ce second tour avec seulement 3 points de moins que lors du premier tour dont l’abstention était de 68%. En comparatif, l'abstention lors de l’élection en 2015 était de 42%. Sur tous les plateaux cette abstention a été dénoncée par l’entièreté de la classe politique qui ont admis leurs responsabilités dans la méfiance ou le désintérêt des concitoyens dans cette élection.

L’échec du Rassemblement National :

Cette soirée électorale aura certainement un goût amer pour le parti de Marine le Pen qui n’aura gagné aucune des régions à dix mois de l’élection présidentielle. C’était la région PACA que le score était le plus incertain et qui aurait pu être remportée par la tête de liste RN Thierry Mariani, mais finalement son adversaire et président sortant Renaud Muselier remporte largement le second tour avec 57,4% des voix.

Renaud Muselier : « Merci à tous ceux et celles qui sont aller voter aujourd’hui au delà de vos appartenances politiques pour faire cause commune face au péril de l’extrême droite »

Thierry Mariani : « Notre liste a été battue par tout un système coalisé »

Des sortants réélus :

Dans l’hexagone, 100% des sortants ont été réélus dont sept régions conservées par la droite et cinq régions par la gauche.

C’est seulement à la Réunion que Huguette Bello fait basculer L’île de droite à gauche en ayant obtenu 51,85% des voix face au président sortant Didier Robert.

Le parti socialiste et Les Républicains se sont réjouis de cette victoire et font renaître ce clivage gauche-droite pour pouvoir aller jusqu’à l’élection présidentielle de 2022 en pleine confiance.

Olivier Faure (PS) : « la force motrice qu’est le PS a le devoir de rassembler l’ensemble de la gauche et des écologistes pour pouvoir aller vers l’élection présidentielle »


Christian Jacob (LR) : « Personne ne gagne une élection présidentielle en solitaire. On gagnera parce que nous aurons la capacité de constituer une équipe de France »