• Corentin

Pass sanitaire : La cacophonie et l’impréparation du gouvernement


Jean Castex est l’invité du 13 Heures de TF1 - Photo d’illustration capture d’écran TF1

Le 19 juillet, lors de la conférence de presse à la fin du conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a lancé cette phrase qui fera le tour des plateaux TV le soir même : « La France est entrée dans la quatrième vague ».

Ce moment que le gouvernement redoutait est arrivé, le variant Delta devient extrêmement majoritaire dans le pays (80% des contaminations), le nombre de cas remonte à une vitesse jamais vue depuis le début de l’épidémie et le taux d’incidence a augmenté de 125% en une semaine.

Cette situation était prévisible ? Personne ne pouvait savoir mais le gouvernement a eu un semblant d’excès de confiance lors du déconfinement lorsque Jean Castex a parlé d’un « moment heureux de retour à une forme de vie normale ». Cette phrase aujourd’hui a un goût amer, en sachant que le pass sanitaire sera obligatoire à partir d’aujourd’hui dans beaucoup de lieux publics et remet en question nos libertés publiques.

Le doute est aujourd’hui de savoir si la couverture vaccinale sera assez importante pour éviter un nouveau confinement et un possible engorgement des hôpitaux.

La cacophonie du gouvernement


Jean Castex était l’invité spécial du 13h aujourd’hui pour donner des indications plus précises sur le pass sanitaire.

Beaucoup pensaient que la vérification du pass sanitaire se ferait avec une vérification de l’identité mais la vérité est tout autre. Le premier ministre a précisé qu’aucune vérification d’identité sera demandée dans ces lieux. Nous pouvons alors nous questionner sur l’intérêt d’obliger un pass sanitaire qui pourra être utilisé par différentes personnes qui seront parfois non-vaccinés.

L’autre changement sur ce pass sanitaire concerne les ados de 12 à 17 ans qui auront finalement jusqu’au 30 septembre pour se faire vacciner au lieu du 30 août annoncé plutôt par Emmanuel Macron.

Pour finir sur cette cacophonie totale, nous apprenons ce soir par la direction générale de la santé (DGS) que les cinémas ne pourront ouvrir des salles pour 49 personnes pour contourner l’obligation de pass sanitaire alors que certains avaient prévu de faire cela pour que tout le monde puisse aller au cinéma.

Mais finalement la réponse de la DGS est très claire : « la jauge de 50 personnes, retenue comme seuil d’application du pass sanitaire dans certains établissements recevant du public, est déterminée en fonction de la capacité d’accueil de l’établissement et non en fonction de l’occupation réelle des lieux ».

Ces changements et ses différentes précisions à la dernière minute sont le symbole d’une totale impréparation d’un gouvernement replié sur lui-même et d’un président qui paraît décider absolument tout seul de la vie quotidienne des Français.