• Corentin

Macron qui amorce un virage à droite en vue de 2022



Augmenter l’âge du départ à la retraite à 64 ans ? C’est ce qui pourrait être mis sur la table par le Président de la République lors du « sommet social » demain à l’Elysée avec les différents syndicats du pays.



Photo sur le Twitter de Emmanuel Macron dans une usine à Douai.

Emmanuel Macron a allumé la mèche lors d’un déplacement en juin dans le Lot où il a annoncé mettre fin à la réforme des retraites initiale qui devait mettre en place un régime à point. Cette réforme a été vivement critiquée par les différents syndicats à défaut du Medef et de la CFDT. Il a ensuite parlé de « mesures difficiles » pour répondre à la crise due au Covid-19 sans parler de la nature des mesures qui seront mises en place.

Cette future réforme des retraites est aujourd’hui unanimement critiquée par l’entièreté des syndicats qui trouvent qu’en cette période ce n’est « pas le bon moment » pour une réforme aussi dure.

Philippe Martinez : « C’est rajouter de l’huile sur le feu, c’est un objectif électoral »

Les réticents à cette réforme comme Philippe Martinez secrétaire général de la CGT, parlent d’une réforme en vue de 2022 pour tenter de se faire réélire, c’est aussi l’argument de Laurent Berger secrétaire général de la CFDT qui conseille au gouvernement d’attendre après l’élection présidentielle.

Laurent Berger : « il n’y a pas de voie de passage avant l’élection présidentielle de 2022 »

Cette future réforme aura certainement qu’un seul vrai objectif pour Emmanuel Macron : se faire réélire en 2022 grâce à l’électorat de droite.

La montée en puissance du candidat Xavier Bertrand estimé à 18% des suffrages dans le dernier sondage Ifop-Odoxa pour LCI et le Figaro fait de plus en plus peur au Président de la République. Ce dernier a conscience que sans l’électorat de droite il sera très compliqué d’être réélu et de passer le second tour.

Reculer l’âge de départ à la retraite sera incontestablement vu d’un très bon œil par l’électorat de droite plutôt âgé.

Si cette réforme est mise en place, la gauche et les syndicats seront les premiers à organiser les mobilisations contre cette réforme. La CGT et La France insoumise étaient en premier ligne lors des mobilisations contre la première réforme des retraites.